CARÊME 2021

Thème  CCFD 2021 pour le CARÊME : 

                    NOUS HABITONS TOUS LA MÊME MAISON

Chaque mercredi a un titre différent
     
  • 1. Aimer  la création   
  • 2. Comprendre la création     
  • 3. Changer de regard sur la création     
  • 4. S'engager pour la création     
  • 6. Tout est lié.

1ère Semaine - Mercredi 24 Févtier 2021-

                                                                              AIMER LA CRÉATION


        1) Écouter l'appel du Seigneur :
La Création, ce beau désert : Dieu dit encore à Noé et à ses fils : « Voici que moi, j'établis mon alliance avec vous, avec votre descendance après vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous… Je mets mon arc au milieu des nuages pour qu'il soit le signe de l'alliance entre moi et la terre…
            Chant : Témoins et bâtisseurs
              Lectures du dimanche :
            *  Gn 9,8-15 (L'Alliance après le déluge)
            *1 P 3,18-22 (L'arche du baptême)

          2) Contempler le monde :
« Ce n'est pas un hasard si dans l'hymne à la création où saint François loue Dieu pour ses créatures, il ajoute ceci : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux qui pardonnent par amour pour Toi ». Tout est lié. Il faut donc une préoccupation pour l'environnement unie à un amour sincère envers les êtres humains, et à un engagement constant pour les problèmes de la société. » Laudato Si' §91

          3) Chercher un chemin de conversion pour agir avec amour et justice
Entre les bêtes sauvages et les anges, voilà le Christ ramené à l'expérience fondamentale de tout être humain. Entre terre et ciel, comment trouver sa place ? Si le Christ fait l'expérience que la Création semble le « servir » dans le désert de son cœur, il réalise aussi à quel point la violence et l'opposition à la vie sont puissantes. N'ai-je pas à accepter que l'émerveillement devant la Création doit aller de pair avec la lucidité : car, nous dira le Christ, le bon grain et l'ivraie y sont mélangés. À nous de devenir des cultivateurs attentifs et patients.

                Tout est lié, de l'ancienne à la nouvelle Alliance, Dieu nous demeure fidèle.                Comment, dans ma vie, je suis fidèle à cette alliance et comment je fais vivre mon baptême avec les personnes qui m'entourent et avec la création que Dieu nous a confiée ?

          4) Offrir une action de grâce au Seigneur

Aujourd'hui encore, la bonté du Christ réclame que nous aimions. Pas n'importe comment, mais n'importe qui, jusqu'au bout et n'importe quand. La bonté du Seigneur va au malmené, à l'opprimé, à l'exilé. « La bonté du Christ opère avec nous, plus encore elle espère de nous, de chacun quelque chose. »
( Madeleine Delbrêl (1904-1964), Nous autres, gens des rues, Seuil)

            5) Méditation personnelle pour cette semaine

                Quel regard j'ai  sur le monde dans lequel je vis ? Pour quelles personnes je vais prier cette semaine avec tout ce que j'ai entendu cet après-midi ?

                                          Chant : Ta parole nous réveille

                                                              Tout est lié, de l'ancienne à la nouvelle Alliance, Dieu nous demeure fidèle.               
Comment, dans ma vie, je suis fidèle à cette alliance et comment je fais vivre mon baptême avec les personnes qui m'entourent et avec la création que Dieu nous a confiée ?


                                      Je vais vers ceux qui ne connaissent pas l'Église.
                                      J'ose dire ma foi sans écraser les autres, sans m'imposer et je ne les juge pas.
                                      Je rends visite à mes proches, mes voisins, des plus pauvres qui ont besoin de réconfort
                                      J'admire et je protège la nature mais je n'oublie pas l'homme et je respecte son travail
                                      Je prends le temps pour regarder autour de moi
                                      Merci pour les animaux sauvages, les oiseaux, leurs chants…
                                      Je fais des économies d'eau, d'électricité
                                      J'achète local, je fais attention à ce que j'achète (sans huile de palme…)
                                      Je fais du covoiturage pour des réunions, pour aller à la messe
                                      Á la fin de la messe, je prends le temps de discuter, de demander des nouvelles des familles…
                                      J'essaye de faire mon travail avec soin
                                      Au début et à la fin de ma journée, je dis « Merci »
                                      Je vois les problèmes autour de moi, je n'ai pas la solution pour les régler, je prie pour que Dieu inspire des personnes à trouver des réponses
                                      Je remercie les aînés pour leur enseignement et je respecte les jeunes, surtout quand ils n'ont pas les mêmes idées que moi
                                      Je me nourris de la Parole tous les jours et j'aime bien la partager avec d'autres pour le bien commun de tous
                                      La prière communautaire nous ressource tous
                                    J'ai de la charité et parfois un petit mot de réconfort pour ceux qui sont malades, les victimes de la grippe aviaire, des inondations…

2ème SEMAINE- 3 MARS 2021 -

                                            COMPRENDRE LA CRÉATION

CR 2  -  3 Mars 2021


3ème Semaine : Mercredi 10 Mars 2021

                                      Changer de regard sur la création
    Prière pour la semaine du 10 au 17 mars

Seigneur, aide-nous à prendre soin de nos églises comme de nos maisons.
Merci pour toutes ces petites mains qui les rendent accueillantes.
Rends-nous fiers d'être chrétiens et courageux pour partir sur les chemins, évangéliser et nous faire pêcheurs d'hommes en accueillant les hésitations, les cheminements divers des uns et des autres.
Que ton amour nous rende forts et conscients de notre mission pour faire de notre monde, un monde meilleur !
Jésus est la maison où Dieu habite.
Que nous soyons une maison où Dieu aura plaisir à séjourner.....

                      AMEN
Pour nous inviter à réfléchir : CARÊME DANS MA VIE
😇Tous à vélo.
Cette année, pendant le carême, je vais essayer de moins prendre la voiture du couvent et préférer le vélo. Cela ne va pas être très difficile, j'aime rouler à bicyclette. Mais je vais le faire pour réfléchir à mes déplacements. Sont-ils nécessaires, voire indispensables ou simplement de confort ? Vraiment utiles ou inutiles ? Indirectement, cette réflexion va concerner aussi la gestion de mon temps. Comment mieux m'organiser ? Quelles sont mes priorités ? (Frère Yves Habert, prieur du couvent de Lille)

CR3  - 10 Mars 2021




Comment l'Évangile peut m'aider à me concentrer sur l'Essentiel et chercher un mode de vie plus simple ?
      Chez nous :
Comment mieux accueillir tous ceux qui cherchent leur chemin en frappant à la porte de l'Eglise : les recommençants, les catéchumènes, les nouveaux venus dans notre paroisse, etc… ? Nous choisissons un acte concret à faire en leur direction.

Dans la société civile, nous côtoyons des personnes venant d'autres pays ou même d'autres régions de France. Quel regard portons-nous sur eux ? Quel accueil ? Nous choisissons aussi un acte concret.

Lire l'Évangile quotidiennement nous permet de mieux le comprendre et le connaître ; il nous recentre, nous nourrit, nous interpelle et nous fait bouger
Écouter la Parole de Dieu et en vivre (la mettre en pratique par de petits actes), cette Parole est vivante et résonne différemment suivant l'âge et tout au long de notre vie
« Aimez-vous les uns, les autres comme je vous ai aimés »
« On ne peut pas adorer à la fois Dieu et l'argent »
Avoir plus d'humilité, plus de simplicité, partager davantage et essayer d'avoir moins de pouvoir sur les autres, personne n'est supérieur, nous sommes tous différents
Accueillir des étrangers (migrants ou personnes d'un autre village, d'une autre région…), c'est pas toujours évident, il faut les prendre comme ils sont et pas comme on voudrait qu'ils soient
Un sourire peut ouvrir bien des portes et c'est une entrée en contact très facile
Certaines personnes restent entre elles et ne cherchent pas à s'ouvrir
Il ne faut pas hésiter à aller à la rencontre de nouveaux voisins qui parfois n'osent pas déranger
On ne côtoie plus grand monde depuis un an, certaines personnes âgées ont peur de recevoir des visites ; les relations sont plus compliquées
Une église bien fleurie est plus accueillante
Avec le gel, à l'entrée de l'église on prend plus facilement contact avec les gens mais on peut aussi le faire en donnant la feuille dominicale
On peut solliciter les nouveaux venus ou les catéchumènes pour faire des lectures mais sans insister et attendre qu'ils soient prêts, chacun a un chemin différent.

4ème Semaine: Mercredi 17 Mars 2021

                                    S'engager pour la création
                    Paroles de Monseigneur RODHAIN, fondateur du Secours Catholique :

  •                 « …Il faudrait améliorer le rendement du blé à l'hectare ? Voyez pour cela Messieurs les agronomes, c'est leur affaire.
Il faudrait élever le niveau de vie ?... Voyez Messieurs les économistes, c'est de leur compétence.
Il faudrait enseigner les soins maternels et l'hygiène des nouveaux nés... Voyez Mesdames les assistantes sociales, c'est leur spécialité.
On ne dira jamais assez l'importance des spécialistes pour faire avancer l'humanité entière sur la route du progrès.

Mais, à côté de la route, il existe aussi d'humbles chemins.
Il faudrait passer la nuit près de cet agonisant inquiet, ou visiter ce prisonnier sans visites, ou écouter cet homme dont tout le monde se détourne.
Alors, ici ce n'est plus la spécialité de l'agronome, ni de l'économiste. Ce choix des plus pauvres, ce service des âmes les plus abandonnées, c'est un chemin secret. C'est un chemin ouvert à celui qui veut écouter autre chose que le tapage de ce monde et donner quelque chose « par surcroît ». C'est un chemin où il reconnaîtra les visages véritables des véritables pauvres : ces visages que les larmes et les souffrances ont peu à peu rendus transparents.
Et, au bout de ce chemin-là, qui s'appelle le Chemin d'Emmaüs, et à travers ces visages-là, c'est un Autre Visage que vous rencontrerez : la Joie de Pâques, c'est en servant les plus abandonnés, le vrai visage du Christ finalement entrevu… » (Eucharistie et pain partagé – 1966)

  •                 « …Car elle meurt, la Charité qui n'invente pas. (…) La vraie Charité se remet toujours à l'heure exacte… » (Les acrobates de la charité – 1975)

  •                 « …J'ai horreur de cette expression « faire la Charité ». Je veux bien qu'on dise « faire du bruit » ou « faire du volume ». Mais la Charité n'est pas un objet à fabriquer ou à distribuer. C'est une vie. Alors dites « vivre la Charité »… (La charité aujourd'hui – 1975)

                          Paroles de M. Vincent (Saint Vincent de Paul)
  •                 « Quoi, être chrétien et voir son frère affligé sans pleurer avec lui, sans être malade avec lui !... C'est être sans charité, c'est être chrétien en peinture. »

  •                 « Dieu est amour et veut que l'on aille par amour. »

  •                 « La charité veut que nous mettions la paix là où elle n'est pas. »

  •                 « Lorsque quelqu'un a faim, qu'on lui donne à manger... puis, qu'on lui donne un outil, et ensuite plus rien... selon cela les aumônes ne sont que pour ceux qui ne peuvent plus travailler. »

  •                 « Habiter dans une maison où règne la charité fraternelle, c'est vivre dans un paradis»

  •                 « La simplicité... je l'appelle mon évangile. »

  •                 « L'amour est inventif jusqu'à l'infini. »

CR4  - 17 Mars 2021

                Témoignage de Paul-Marie :

                Saint Vincent de Paul a profondément marqué de son empreinte la France du XVIIe siècle. Sa vie est toute donnée au service de la charité et du salut des âmes des pauvres. Et son œuvre ne cesse de s'étendre aujourd'hui encore.

        Il naît dans une famille de paysans des Landes le 24 avril 1581, dans le village de Pouy, à Ranquines, près de Dax. Ses parents sont pauvres sans être misérables. L'enfant est intelligent : son père le pousse à faire des études. Puis Vincent est orienté vers la prêtrise. A cette époque, être clerc c'est avoir une situation qui le met, lui et ses proches, à l'abri du besoin. Il est ordonné prêtre à dix-neuf ans le 23 septembre 1600.
Il monte à Paris en 1608 et devient ami avec la secrétaire de l'ancienne reine, Marguerite de Valois. Celle-ci le nomme aumônier. Il visite alors les pauvres malades de l'hôpital de la Charité et parcourt les salles où s'entassent les malheureux.
        En 1610, il prend une cure de campagne proche de Paris, à Clichy et restaure l'église en mauvais état et se met avec enthousiasme au service spirituel de ses fidèles, visite les malades, prêche avec ardeur et cherche à rendre la foi à ses six cents paroissiens ruraux. L'année suivante, Bérulle lui procure la charge de précepteur chez Philippe-Emmanuel de Gondi, Général des galères, l'une des plus riches familles de France.
        1617 est l'année où tout va basculer dans sa vie. Un jour de janvier, alors que Vincent accompagne madame de Gondi, arrive la nouvelle qu'un paysan moribond désire le voir. Vincent accourt immédiatement au chevet du malade et lui fait faire une confession générale qui libère cet homme des fautes les plus graves de sa vie qu'il n'avait jamais avouées. Pour Vincent, c'est une révélation : il découvre la misère spirituelle des gens de la campagne qui représentent l'immense majorité de la population. Il crée la première Confrérie de la Charité, avec des dames de diverses conditions sociales. En 1619, Monsieur Vincent est chargé de l'aumônerie générale des galères : les missions se feront aussi dans les bagnes !  En 1625, grâce à la fortune des Gondi, il crée une société de prêtres missionnaires dont il sera le supérieur. Le but est simple : "Suivre le Christ évangélisateur des pauvres".
        Comme ils sont installés depuis 1632 dans l'ancienne léproserie de Saint-Lazare, on appellera ces premiers missionnaires les lazaristes. En juillet 1628, l'évêque de Beauvais invite Monsieur Vincent à réfléchir au meilleur moyen de régénérer le clergé de France. En 1641, Monsieur Vincent ouvre un grand séminaire à Annecy. Pour lui, le prêtre a pour mission non pas de rappeler au peuple les pratiques de la religion, mais plutôt de les inviter à persévérer dans la fidélité à leurs devoirs.
        Entre temps, les Confréries de la Charité se sont multipliées. Pour aider les Dames dans le service corporel des pauvres, de simples "filles de village" se sont présentées. Louise de Marillac les regroupe en novembre 1633 ; ce seront les Filles de la Charité À partir de 1632, les guerres dévastent les provinces, la Lorraine d'abord, puis l'Ile-de-France, la Picardie, la Champagne. Monsieur Vincent y organise inlassablement les secours. Dès 1639, il recueille les enfants trouvés – un par jour en moyenne –, crée un foyer pour les mendiants et un autre pour les vieillards. L'oeuvre de Vincent de Paul s'est construite sans plan d'ensemble, sans illumination miraculeuse. Travaillant passionnément à partir des réalités qui s'imposent à lui, toujours en lien avec d'autres, hommes et femmes, il cherche simplement à répondre aux besoins de son temps, notamment dans deux secteurs décisifs pour tout l'apostolat de l'Église : les pauvres et le clergé.
Il meurt, à 79 ans, le 27 septembre 1660. Sa mort est ressentie par tous comme celle d'un saint, Vincent est béatifié, puis canonisé par le pape Benoît XIII en 1737 et déclaré patron des instituts de charité.

        À sa suite, Frédéric Ozanam (1813-1853), fondateur des Conférences Saint Vincent de Paul, (conférences de la charité, société St Vincent de Paul, équipes st Vincent) groupes de jeunes chrétiens laïcs se réunissant pour prier, réfléchir et travailler ensemble à soulager les pauvretés.
        Les Conférences sont placées sous le patronage de Saint Vincent de Paul et représentent aujourd'hui un millier de membres en France et huit cent mille dans 150 pays.
Frédéric Ozanam a été béatifié par le Pape Jean-Paul II à Paris le 22 août 1997, à Notre-Dame de Paris, à l'occasion des JMJ. Il est fêté le 9 septembre.
1813 : naissance à Milan, ville alors française (fils d'un médecin, qui a beaucoup soigné gratuitement, et d'une mère très pieuse)
1833 : fondation de la première Conférence de Charité (alors qu'il est étudiant)
1836 : avocat à Lyon
1839 : professeur de droit commercial à Lyon
1841-1852 : professeur de lettres à la Sorbonne
1841 : mariage avec Amélie Soulacroix
1845 : naissance de leur fille Marie
1853 : mort à Marseille à 40 ans (tombeau dans la crypte de l'église Saint-Joseph des Carmes à Paris)
Visiteur et ami des pauvres.
Un homme de prière
Une charité vécue en actes
Il a cherché à réconcilier christianisme et valeurs républicaines et, pour cela, il a été le co-fondateur d'un journal avec Lacordaire, L'ère nouvelle.
Il a été l'instigateur des conférences de Carême de Paris.
Il est l'un des précurseurs de la doctrine sociale de l'Eglise, par sa dénonciation du libéralisme, de l'exploitation des faibles par les plus forts, des inégalités économiques et sociales, par sa réflexion sur les droits des ouvriers etc.

          Dans notre paroisse, il y a une équipe qui a été fondée par Agnès Pons il y a une dizaine d'années, 10 à 12 personnes en font partie, Paul-Marie les accompagne depuis son arrivée dans les Landes.
Ils interviennent principalement à l'EHPAD de Peyrehorade pour accompagner certaines personnes avec l'accord de la direction de l'établissement, en temps « normal » (la COVID a arrêté les visites qui doivent reprendre bientôt).


CR4 bis - 17 Mars 2021

              Comment (ré)inventer un engagement chrétien, dans la société pour répondre aux défis de notre temps ?

Les défis de notre temps sont la protection de la nature et de l'Homme donc le respect de la création et de la nature humaine
Il faut penser à toutes les pauvretés, il n'y a pas que la pauvreté matérielle mais aussi, spirituelle, sociale, solitude, enfermement…
Certaines personnes s'éloignent de l'église après un divorce, la perte d'un enfant, le chômage…
Lorsqu'on rencontre les gens lors de funérailles, une demande de baptême, le catéchuménat… on se rend compte qu'ils posent des questions auxquelles on ne s'attend pas, leurs préoccupations ne sont pas les nôtres, il faut savoir écouter
Quand on se connaît mieux, entre voisins ou dans un village, les rapports changent et sont plus riches et vrais
Lors d'enterrement civil, ce serait bien qu'à chaque fois, la communauté chrétienne soit représentée par quelqu'un
Participer aux activités laïques dans nos villages pour ne pas œuvrer que dans l'église
Malgré tous les outils à notre portée, nous devons être vigilants pour maintenir la communication dans notre église et à l'extérieur pour essayer de nous rapprocher des plus « pauvres »
Le virus favorise l'isolement, nous devons rassurer les personnes qui ont peur tout en respectant les gestes barrière, il faut recréer des liens de fraternité, le téléphone peut remplacer les visites
Pour respecter la création, il faut éviter le gaspillage, faire du covoiturage (pour les courses, les messes, amener les enfants à l'école, aller au travail…)
Dans notre ensemble pastoral, des services existent : banque alimentaire, des aides à la personne, assistantes sociales, Secours Catholique…, la pandémie nous a fait découvrir l'épreuve de la solitude car nous y avons été confrontés. Ces services sont utiles mais en Église, il nous faut redynamiser le SEM pour mieux aider les personnes isolées autour de nous.
Le Secours Catholique travaille en lien avec la Banque Alimentaire, offre financière mais aussi discussion autour d'un café, l'échange est important, l'écoute aussi
Pourquoi ne pas créer des activités communes, jardins ouvriers, cuisiner, coudre…? L'important est de retrouver la joie de faire des choses ensemble
Repérer autour de nous qui on ne voit plus à la messe, qui est seul, comment joindre ces personnes, de quoi ont-elles besoin (ne pas penser à leur place mais leur demander), chaque personne est capable de faire ça dans son relais, dans son quartier
Se faire connaître comme membre actif de l'Église en envoyant une carte de vœux, en mettant une affiche sous le porche de l'église avec photos, coordonnées et fonctions des personnes à contacter si besoin
« Être présent tout simplement » comme disait Monsieur Vincent

5ème semaine: Mercredi 24 Mars 2021

                              Tout est lié
Saisissez le texte du paragraphe ici

CR-MPD _

Témoignage  de Marie-Pierre Dulucq de la Tradition Landaise à Bélus.
 
        J'élève des oies, je les gave et je fais des conserves d'oie et de canard. Je vais chercher les oies à 1 jour. En ce moment, je n'en ai pas parce que ceux qui font éclore n'ont pas le droit de faire couver les œufs qu'ils ont.
                Je n'ai pas eu de problème de grippe aviaire ni d'abattage comme il y a eu en Chalosse. Certaines fermes ont eu leurs animaux abattus avant que les analyses arrivent et elles se sont révélées négatives donc abattus pour rien.
                Nous avons souvent des réunions qui ne font pas avancer grand-chose, ils parlent de nouvelles normes, ce qui sous-entend de nouveaux investissements. Beaucoup ont été indemnisés, d'autres non ; mais il faut quand même faire une démarche. On reçoit un mail et pour être indemnisé, il faut y répondre.
                Ils nous disent que ça vient par les animaux sauvages, nous sommes beaucoup à penser que ça vient davantage par les transports et les manipulations d'animaux. On ne voit pas comment dans les couvoirs fermés ça pourrait arriver par la faune sauvage.
                On n'en voit pas la fin, on ne sait pas quelles décisions vont être prises. La filière poulets reprend maintenant.
                Le confinement a arrêté les visites ; des classes, des groupes de personnes venaient visiter la ferme.
                Notre façon de vendre s'est transformée, on a mis en place « click & collect », je me suis inscrite sur « faire mes courses.fr », la communauté de communes a fait un annuaire des commerces, fermes…
                J'ai eu davantage de personnes locales qui sont venues faire leurs achats, des personnes que je ne voyais pas avant
                C'est une période particulière, je ne suis pas à plaindre car il y a des agriculteurs, des ouvriers et des commerçants en très grande difficulté financière

CR 5-21

Réflexion en équipe : la COVID et le confinement ont généré de nouvelles habitudes de consommation en privilégiant la proximité et le lien direct avec les producteurs et les éleveurs. Que faire pour que cette démarche perdure, dans l'intérêt de tous et pour le respect de la planète et de la création ?


                La consommation de proximité a été une solution trouvée et développée pendant le confinement
                Certains d'entre nous avaient déjà cette habitude
                Ce peut être plus cher et tout le monde n'a pas les moyens (familles nombreuses, personnes au RSA…) et le côté financier a le dernier mot
                Le lien direct avec le producteur permet de mieux connaître le produit et son élaboration et parfois de découvrir de nouvelles recettes
                Au fil du temps, la relation humaine devient plus importante et la confiance s'installe
                En achetant un produit plus frais, on gaspille moins (dans les grandes surfaces les produits ont circulé plusieurs jours)
                Le producteur en vendant son produit directement au particulier s'y retrouve mieux mais ça lui prend plus de temps
                Certaines personnes aiment faire toutes leurs courses à la fois, donc aller au marché (ou au supermarché) est plus facile
                La qualité et la production massive ne sont pas compatibles
                Les revendeurs prennent leur marge donc certains produits sont plus abordables chez le producteur
                Certains agriculteurs ne peuvent plus répondre aux mesures imposées pour respecter les règles sanitaires
                Des producteurs sous la halle qui font des recettes avec les produits proposés

               
  • Pour que ça perdure
                Il nous faut apprendre à lire les étiquettes
                Utiliser des produits de saison
                À nous aussi de rester fidèles à nos producteurs
                Certaines plateformes regroupent des producteurs locaux (faire mes courses.fr)
                Des AMAP existent un peu partout autour de nous
                Quand nous avons une bonne adresse, nous pouvons la partager avec d'autres
                Être solidaires des « petits producteurs» et aider autour de nous ceux qui ont moins de moyens (quand on a un jardin, plutôt que de jeter des légumes, on peut partager)
                Récupérer les invendus pour faire un repas bon marché pour des étudiants ou pour une réception ou un repas de famille
                On peut se grouper pour faire des achats (en grande quantité, les produits sont moins chers) ou pour faire des pétitions si nous avons quelque chose à dénoncer
                Savoir faire intervenir nos élus si besoin
                Faire prendre conscience aux agriculteurs qu'ils doivent s'organiser entre eux pour mieux se faire connaître
                Accepter de payer un peu plus cher parfois, mais est-ce que tout le monde pourra se le permettre ?

Prière du père Guy Gilbert pour mieux vivre ensemble

PRIÈRE POUR LA TERRE ( Pape FRANÇOIS )


Dieu Tout-Puissant
qui es présent dans tout l'univers
et dans la plus petite de tes créatures,
Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,
répands sur nous la force de ton amour pour que
nous protégions la vie et la beauté.

Inonde-nous de paix, pour que nous vivions
comme frères et sœurs
sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres,
aide-nous à secourir les abandonnés
et les oubliés de cette terre
qui valent tant à tes yeux.

Guéris nos vies,
pour que nous soyons des protecteurs du monde
et non des prédateurs,
pour que nous semions la beauté
et non la pollution ni la destruction.

Touche les cœurs
de ceux qui cherchent seulement des profits
aux dépens de la terre et des pauvres.

Apprends-nous à découvrir
la valeur de chaque chose,
à contempler, émerveillés,
à reconnaître que nous sommes profondément unis
à toutes les créatures
sur notre chemin vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous tous les jours.
Soutiens-nous, nous t'en prions,
dans notre lutte pour la justice, l'amour et la paix.

AMEN.


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mercredi 16 juin 2021